Plaise à la Duchesse très-bonne,
Aux yeux très-clairs, aux bruns cheveux,
Reine des flots de la Garonne,
Dame du Loth, et de tous ceux
Qui virent jamais sa personne.

De laisser entrer franchement,
Sans peine et sans empêchement,
Un homme au lieu de sa demeure
Qui, s'il ne la voit promptement,
Enragera dedans une heure.

On a pour lui trop de rigueur
Chez vous, et tout haut il proteste,
Que par un larcin manifeste,
On retient son âme et son cœur,
Et que l'on ne veut pas le reste.

L'un est dedans, l'autre dehors,
Et l'un et l'autre est tout en flamme,
Il est raisonnable, Madame,
Ou que l'on reçoive son corps,
Ou que l'on lui rende son âme.

Il se voit pris comme au lacet,
Et souffre un étrange supplice :
Mais le pauvret est sans malice,
Ne refusez pas son Placet,
Car sans doute il est de justice.

Il a trop souffert de moitié ;
Au nom de sa ferme amitié,
Consolez son âme abattue,
Ou dites au moins par pitié,
A vôtre Suisse, qu'on le tue.


Vincent Voiture

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann