Tu me fais un peu mal à la tête,
Ô jalouse ainsi que le soupçon,
Je ne suis pas toujours à la fête 
Alors que tu me fais la leçon 

Ô doctoresse en droit féminin,
Épargne un peu ce moi, ta conquête,
Et fais-lui le don félin, canin,
De ta compétence qui me guette,

Ta compétence en le droit charmant 
Qu’ont les femmes, hélas ! sur nos âmes 
D’hommes et même sur nos vraiment 
Faibles corps d’hommes, ô vous, les femmes…

Ô toi, ma femme, ô toi, laisse-moi 
T’aimer beaucoup sans surtout trop croire 
Que je ne t’aime que pour la gloire. 
Non, je t’aime encore pour l’émoi,

Pour ce cher émoi de notre chair 
Commune comme un bien qu’on partage,
Alors que nous sommes au lit cher 
À notre chair laissée en otage 

De notre cœur ô que mutuel,
De notre âme ô combien réciproque,
De notre amour si doux, si cruel,
Que je le crois seul de son époque.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.