Le ciel joint rarement l'esprit à la beauté.
Vous avez l'un et l'autre en un degré suprême,
Et c'est, à mon avis, un horrible blasphème
De ne pas vous tenir pour une déité.

Cet esprit, en tous lieux, est justement vanté,
Car vous faites des vers mieux que Malherbe même ;
Lorsque nous les lisons le plaisir est extrême
Et nous sommes surpris de leur sublimité.

Que c'est un grand bonheur d'être belle et savante !
Que votre sort est doux ! Que votre âme est contente
D'avoir de vos vertus mille illustres témoins !

Avec tous ces attraits, si l'on n'ose vous dire :
« Je meurs d'amour pour vous, je languis, je soupire »,
Adorable comtesse, on n'en pense pas moins.


François Payot de Linieres

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.