Si c'est quelque chose certaine
Que l'ambre soit venu des pleurs,
Par qui les filles de Climène
Firent connaître leurs douleurs,
Et que les perles soient encore
Des larmes que verse l'Aurore ;

Ô que ces perles ordinaires
Et cet ambre dont tu te sers
Présagent de longues misères
 ceux qui, vivants dans tes fers,
Avec leurs larmes se promettent
D'atteindre au bonheur qu'ils souhaitent.

Il ne faut donc pas que l'on pense
De t'aimer sans vivre en tourment,
Ni de souffrir en espérance
De trouver de l'allégement
Ou du repos en ses alarmes,
Puisque tu n'aimes que les larmes.


Jean de Lingendes

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann