J’ai dispersé mon cœur au gré des heures folles,
Comme un millionnaire éparpille son or ;
Ici, là, sans compter, j’ai semé mon trésor
Avec des gestes vrais et de tendres paroles.

Tout s’est anéanti pour de vaines Idoles ;
J’ai trop donné de moi pour qu’il en reste encor.
Que de beaux sentiments dont je me sentais fort
Gisent à leurs pieds purs, qui foulent des corolles !

Et je n’ai rien reçu d’elles, qui prirent tout !
Fastueux comme un roi, prodigue comme un fou,
Je ne croyais jamais épuiser ma richesse !

Et maintenant, voulant reprendre un peu mon bien, ―
Car le vide est amer et lourd que mon cœur laisse, ―
Avec regret, je cherche et ne retrouve rien !

 

Albert Lozeau

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.