Puisse advenir que ma fiere Maistresse
Voyant le lict de mon sombre repos,
En souspirant me tienne ce propos,
La larme à l'œil et le sein en tristesse :

Ô sainct dépost, enfant de ma rudesse,
Qui tien mon cœur enlacé dans tes os,
Reçoi benin ces pleurs et ces sanglots,
Et les regrets que je respans sans cesse :

Tu gis icy pour m'aimer ardemment,
Et j'y mourrai pour finir mon tourment :
Mais toi, bon Dieu, accompli mon envie :

Que noz esprits soient unis à tousjour,
Et que noz corps soient joincts en un sejour :
Face la mort ce que n'a faict la vie.


Abraham de Vermeil

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann