Quand du printemps la feuille verte
S’essaie à parer les rameaux,
Quand du sein de la terre ouverte
S’élèvent les arbres nouveaux,
Quand tout sourit, quand tout s’éclaire,
Quand l’astre tiède et triomphant
Semble mesurer sa lumière
A la force d’un œil d’enfant ;
J’aime à voir la petite fille,
Fraîche fleur, courir par les prés.
J’aime à voir sa couronne où brille (sic)
Les premiers boutons diaprés.
Admirant l’enfant qui s’élance
Sous le ciel qui n’a plus d’autans
J’aime le Dieu qui fit l’enfance
Et qui lui donne le printemps.


Ondine Valmore

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.