Quand Philis chaque jour inventait quelque outrage
Pour troubler mes désirs et mon contentement,
Il semblait qu'à l'envi d'un si rude tourment
Mon amour augmentait sa fureur et sa rage.

Maintenant que le ciel a calmé cet orage,
Qu'elle brûle pour moi d'un vif embrasement,
Les visibles ardeurs de son feu véhément,
Au lieu de m'enflammer, me glacent le courage.

Ses yeux ont beau pleurer, ils ne m'émeuvent point,
Et déjà le destin m'a réduit à ce point
Que toutes ses faveurs déplaisent à mon âme.

Voyez comme l'amour abuse les esprits :
Son mépris autrefois a fait croître ma flamme
Et sa flamme aujourd'hui fait croître mon mépris.


Claude Malleville

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann