Quand près de toi le travail je repose,
Seule en ce monde image de merveille,
Du long souci, qui mon penser réveille,
Et qu'Amour dicte au parler quelque chose,

Je vois ta face en teint naïf de rose,
Être à la blanche, ou la rouge pareille,
Ore pâlir, puis devenir vermeille,
Tant au changeant ta couleur se dispose.

Vois que quand l'air son arc diversifie
En cent, et cent couleurs, il signifie
Le temps prochain humide et pluvieux.

Serait donc bien en l'air de ton visage
Ce teint changeant, quelque fâcheux présage,
Ainsi qu'Iris, au pleuvoir de mes yeux ?


Pontus de Tyard

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.