Ô femmes, je vous aime toutes, là, c’est dit !
N’allez pas me taxer d’audace ou d’imposture. 
Raffolant de la blonde douce et de la dure 
Brune et de la virginité bête un petit

Mais si gente et si prompte à se déniaiser,
Comme aussi de l’aime maturité (que vicieuse !
Mais susceptible d’un grand cœur et si joyeuse 
D’un sourire et savourant, lente, un long baiser).

Toutes, oui, je vous aime, oui, femmes, je vous aime 
— Excepté si par trop laides ou vieilles, dam !
Alors je vous vénère ou vous plains. Je vais même 

Jusqu’à me voir féru, parfois à mon grand dam, 
D’une inconnue un peu vulgaire, rencontrée 
Au coin… non pas d’un bois sacré ! qui m’est sucrée.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.