Qui me peut réjouir puisque tu gis malade ?
Mon départ n'aurait pas engendré ta langueur ?
Ah ! nenni ! Mais tu feins, pour decevoir mon cœur,
Ressentir les assauts de la Parque maussade !

Tu déguises ton teint de cette couleur fade
Afin de me remplir d'alarmes et de peur,
Cuidant que mon esprit de mille ennuis vainqueur
N'ait jamais éprouvé d'amoureuse embuscade.

Ah ma belle j'ai tort ! Hélas ! je suis certain
Que ton beau corps languit par un cruel destin,
Et moi chétif ne puis t'apporter d'allégeance.

Crois que si ta santé dépendait de ma mort,
Que jamais en mourant Gracche ne fut si fort,
Qu'en ce choix désiré paraîtrait ma constance.


Joachim Bernier de La Brousse

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann