O vous ! dont le coursier rapide
Aux piétons inspire l'effroi,
Modérez sa course homicide ;
Monsieur, de grâce, écoutez-moi ; (bis.)
Sachez qu'au temps de votre enfance,
De grand cœur j'ai souscrit pour vous :
Mais vous nagez dans l'abondance :
Veuillez me rendre mes vingt sous. (bis.)


Votre père, aux bords de la Loire,
Posant son glaive redouté,
Ne fit ses adieux à la gloire
Que pour servir la liberté. (bis.)
Ah ! combien de projets sinistres
N'ont osé braver son courroux !
Vous, vous dînez chez les ministres,
Veuillez me rendre mes vingt sous, (bis.)


Ce passé ne vous sourit guère ;
Oh ! je suis certain, qu'à vos yeux,
Ceux qui regrettent votre père,
Sont devenus des factieux. (bis.)
Qu'est-ce, en effet, que la patrie ?
En cheminant sur les genoux,
On peut rencontrer la pairie :
Veuillez me rendre mes vingt sous, (bis.)


La voyez-vous, cette ombre austère,
La nuit, soulevant son tombeau,
Aspirer la brise légère
Que lui jette son vieux drapeau ? (bis.)
Le sang en a rougi l'étoffe ;
Mais pour d'autres, comme pour vous,
Juillet n'est qu'une catastrophe :
Veuillez me rendre mes vingt sous, (bis.)


Pourtant (soit dit, sans apostrophe),
Aux gargantuas de l'impôt,
Cette fâcheuse catastrophe
A fait mettre la poule au pot. (bis.)
Mais, moi. grâce à Monsieur....
(Bonhomme, soit dit entre nous),
Le diable a cassé ma marmite :
Veuillez me rendre mes vingt sous. (bis.)


La rose que le temps outrage
Se sent renaître en ses boutons ;
L'orme, renversé par l'orage
Peut revivre en ses rejetons (bis.)
Mais où fut un chêne superbe,
Dont notre sol était jaloux,
Qu'avons-nous vu ? Croître un peu d'herbe :
Veuillez me rendre mes vingt sous. (bis.)


Louis Voitelain

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.