Dans les grands bois que l’automne
A lentement dépouillés,
Sous les arbres effeuillés
Que berce un vent monotone,

Devant les tristes couchants
Rayés de pourpre et de cuivre,
Mon souvenir aime à suivre
Le déclin des jours penchants.

Des langueurs d’aube pâlie,
En passant dans l’air du soir,
Mêlent un frisson du soir
A cette mélancolie.

Dans mon cœur toujours blessé,
Comme un frémissement d’aile
Renaît l’amour trop fidèle
Que j’avais cru trépassé.

Et si rien ne me protège
Du mort mal enseveli,
Bientôt s’en fondra l’oubli,
Comme un soleil fond la neige !


Armand Silvestre

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.