Quand il avait grand'faim, ayant longtemps mangé
De l'herbe comme un faon, des mûres comme un geai,
Le petit Salëun s'en allait à l'aumône.
A Dol, à Saint-Briac, dès qu'on sortait du prône,
Lui, comme un passereau qui quête un grain de mil,
« Maria ! Maria ! Maria ! » disait-il ;
Rien de plus, mais d'un air si plaintif et si tendre
Que tous avaient chagrin et plaisir à l'entendre.

Ou, s'il voyait quelqu'un devant l'âtre attablé,
Il disait en montrant le pain d'orge et de blé,
Mais tout bas, car le bruit peut fâcher quand on mange :
« J'y mordrais bien aussi, si j'en avais ! » Pauvre ange !
Or, de Dol à Kergloff, il n'est que bons chrétiens ;
Nul ne criait : « Va-t'en ! » Plus d'un répondait : « Tiens,
Prends ! » Et, le soir, tout seul, dans la lande lointaine,
Il mangeait sous un arbre, au bord de sa fontaine.

Quand il avait grand froid, — les hivers sont plus durs
Si c'est les quatre vents qui sont les quatre murs, —
Le petit Salëun se hissait dans son arbre.
Il neigeait, il gelait à fendre pierre et marbre,
Et l'enfant, comme après la tonte une brebis,
N'avait que sa peau rose hélas ! pour tous habits.
Mais il se cramponnait des doigts aux branches grêles,
Allait, venait, montait, planait, avait des ailes,
En chantant : « Maria ! Maria ! » sous les cieux.
Le charreton qui passe avec un bruit d'essieux
S'imaginait, n'osant regarder en arrière,
Qu'un bel oiseau faisait dans l'arbre sa prière.

A présent qu'on l'a mis en la châsse d'or fin,
Le petit Salëun n'a plus ni froid ni faim.
Seulement, sous son arbre, au bord de sa fontaine,
Un beau lys a poussé dans la lande lointaine,
Un lys si beau que nul n'en vit jamais de tel ;
L'été, l'hiver, n'importe, il fleurit, immortel,
Plein d'un parfum plus doux qu'un encens de chapelle ;
Et si, passant par là, le soir, quelqu'un appelle :
« Salëun ! Salëun ! » le frêle lys mouvant
Murmure : « Maria ! Maria ! » dans le vent...


Catulle Mendès

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.