S’il a dict vray, seiche pour moy l’ombrage
De l’arbre sainct, ornement de mes vers,
Mon nom sans bruit erre par l’univers,
Pleuve sur moy du ciel toute la rage.

S’il a dict vray, de mes soupirs l’orage,
De cruauté les durs rochers couvers,
De desespoir les abismes ouvers,
Et tout peril conspire en mon naufrage.

S’il a menti, la blanche main d’yvoire
Ceigne mon front des fueilles que j’honnore :
Les astres soient les bornes de ma gloire :

Le ciel bening me decouvre sa trace :
Voz deux beaux yeux, deux flambeaux que j’adore,
Guident ma nef au port de vostre grace.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.