Ni la fleur qui naquit du beau nom de Junon,
L'honneur à ce jour d'hui de l'écusson de France
Ni le fleuron pourpré qui tira sa naissance
De celui que Cyprine élut pour mignon,

Ni celle qui d'Ajax fait vivre le renom,
Ni l'autre qui s'éclôt quand le printemps commence,
Née du beau jeune homme épris de sa présence
Dont encore aujourd'hui elle retient le nom,

Ne me feront jamais oublier mon ortie,
Que la froideur d'hiver n'a jamais amortie,
Et revivra toujours sous l'aile de mes vers.

Phébus empêchera qu'elle ne se flétrisse :
Bref, elle domptera les glaçons des hivers
Mieux que les lis, l'œillet, l'Ajax, ou le Narcisse.


Annibal de Lortigue

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.