Lorsque dessus la croix un Dieu ferme les yeux,
Je ne m'étonne pas que le grand œil du monde,
Qui tient de ses bontés sa lumière féconde,
Couvre d'un noir manteau ses rayons précieux.

Que les spectres des morts paraissent dans ces lieux
Et de leurs froids tombeaux quittent la nuit profonde,
Dans les plaines de l'air que le tonnerre gronde,
C'est un deuil que l'on doit au monarque des cieux.

Que par tout l'univers les ténèbres s'étendent,
Que la terre s'ébranle et les roches se fendent,
De tous les éléments c'est un juste devoir.

Mais que des cœurs humains demeurent insensibles,
À la mort de leur maître, à ces signes horribles,
C'est ce que mon esprit ne peut pas concevoir.


Antoine Godeau

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann