Fer, anémone, drap.
Fer de lance perce l'anémone qui saigne sur le drap.
Fer teinté du sang des anémones, blancheur des draps.
Un fer au cœur, une anémone à la blessure, un drap pour linceul.
Fer, anémone, drap.
Et ce drap rougi d'un sang d'anémone flotte à la hampe du fer
Et le drap essuie le fer qui trancha l'anémone.
Jette l'anémone flétrie !
Restent le fer et le drap.
Jette le fer rouillé !
Reste le drap.
Reste le drap qui pourrira plus longtemps que le cadavre qu'il enveloppe.
Reste le drap qui ne laissera pas de squelette.
Jette le drap !
Reprends le fer !
Cueille l'anémone !
La chair autour du fer de ton squelette :
Ton corps,
Drapeau rouge replié.


Robert Desnos

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.