Tandis que je me plains, à l'ombre de ces bois,
De celle qui detient ma franchise egarée,
J'entens le rossignol se plaignant de Terée,
Qui son ramage accorde aux accens de ma voix.
Tous deux diversement nous plaignons toutesfois :
Luy, de vengence ayant toute l'ame alterée,
Moy, au contraire ayant la mienne enamourée
D'une pour qui cent morts en vivant je reçois.
Bien est vrai qu'en trois mois sa complainte s'acheve,
Mais la mienne jamais ne prend ne fin ne tresve,
Ainçois dure tout l'an constante en mes travaulx
Puis donc que mon tourment à nul autre s'egalle,
Finissé-je mes jours, pour finir tant de maulx,
Chantant jusqu'à la mort comme fait la cigalle.


Olivier de Magny

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann