Quand l’art italien, comme un fleuve autrefois,
S’en venait à passer par une grande ville,
Ce n’était pas alors une eau rare et stérile,
Mais un fleuve puissant à la superbe voix.

Il allait inondant les palais jusqu’aux toits,
Les dômes suspendus par une main débile,
Il reflétait partout dans son cristal mobile
Le manteau bleu des dieux et la pourpre des rois.

Puis, avec majesté sur la vague aplanie
Il emportait alors un homme de génie,
Un grand vénitien, à l’énorme cerveau ;

Et, prenant avec lui sa course vagabonde,
Il le roulait un siècle au courant de son onde,
Et ne l’abandonnait qu’aux portes du tombeau.


Auguste Barbier

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.