Traitres yeux mis au guet de ma haute eschauguette
Contre les ennemis du cœur vostre Seigneur,
Que donnés vous passage à l'œil assassineur
De ma laronne amie en ma moëlle segrette ?

Helas il n'est plus temps de sonner la retraite
Quand le fort est tenu du soldat butineur !
Aussi mon mur sapé par ce cruel mineur,
D'une mer de vos pleurs vous fait paier la dette.

Las ! je faus, ce n'est vous qui dedans mon cerveau
Desseignés nuit et jour ce nonpareil tableau :
C'est la daimon chambrier de nature et de l'astre

Qui obeit aux lois de si rare beauté :
Puisque nature donc nous guide à son coté,
Nous sommes (cœur, yeux, moi) en bienheureux desastre.


Jean Edouard Du Monin

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.