Tu n'as rien pris de mon âme
Que je ne te l'aie donné ;
Mon rêve est tendre et calme
De l'œuvre de ma journée ;

Je n'ai rien pris de ta lèvre
Qu'un baiser et qu'un refrain ;
Le soir vient, je me lève,
Et je reprends le chemin ;

Je te quitte, tu me laisses aller
- Toi, sans regrets, moi sans remords
Aussi bien il le fallait
Selon la vie et le sort.

1899


Francis Vielé-Griffin

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.