I

Je rêvais cette nuit
A peu près vers minuit
Que j’étais étendu mort, au fond d’une tombe,
Et que ce froid brouillard qui, des monts, la nuit, tombe,
Étendait sur le sol
Son brumeux parasol ;


II

Quelques fleurs désolées
Surgissaient isolées
Au pied des buissons gris où le givre tremblait ;
Cette nature, morne et navrante, semblait
Une face jaunie
Que tordait l’agonie.


III

Que j’étais bien au fond
De mon tombeau profond !
Des vapeurs de la nuit quand l’horizon s’embrume
Je voudrais que ce rêve, épanché de la brume,
Pour mon cœur agile
Fût la réalité !


Étienne Eggis

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.