Toi dont mon seul regard faisait frissonner l'aile,
Qui m'égayait par ton babil,
Hélas ! Te voilà sourd à ma voix qui t'appelle,
Cher oiseau ! La saison cruelle
De ta vie a tranché le fil !

Ne crains pas que l'oubli chez les morts t'accompagne,
O toi, le plus doux des oiseaux !
Tu fus pendant six ans ma fidèle compagne,
Oubliant pour moi la campagne,
Ta mère et ton nid de roseaux !

Moi je fus avec toi si vite accoutumée !
Nos jeux étaient mon seul loisir ;
Lorsque tu me voyais dans ma chambre enfermée,
Tu chantais, à ta voix aimée,
Mon ennui devenait plaisir !

Dans ta captivité je semblais te suffire,
Tu comprenais mes pas, ma voix,
Mon nom même en ton chant tu savais me le dire,
Dès que tu me voyais sourire
Tu le gazouillais mille fois !

Oh ! Notre vie à deux ! Qu'elle était douce et pure,
Oh ! Qu'ensemble nous étions bien !
Le peu qu'il nous fallait pour notre nourriture,
Je le gagnais à la couture ;
Je pensais : mon pain est le sien !

Je variais tes grains ; puis en forme de gerbe,
Cueillie aux bords des champs d'été,
Tu me voyais suspendre à ta cage superbe
Un cœur de laitue, un brin d'herbe
Entre tes barreaux becqueté !

Que ne peux-tu savoir combien je te regrette !
Hélas ! Ce fut à pareil jour
Que tu vins par ton vol égayer ma chambrette
Où maintenant je te regrette
Seule sous cette ombre d'amour !


Reine Garde

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.