Où donc es-tu partie, ô belle jeune fille ?
Toi dont le doux regard et dont la voix, un jour,
Comme un oiseau qu’éveille un bruit sous la charmille,
À l’ombre de mon cœur ont fait chanter l’amour.

Ange, te souvient-il que je t’aimai sur terre ?
Que j’aurais tout donné pour un baiser de toi !
Lorsqu’au fond de ton cœur tu descends solitaire,
N’est-il aucun écho qui te parle de moi ?

Que fais-tu, maintenant que je suis seul dans l’ombre,
Quand dix ans sont passés depuis ton tendre aveu,
Et que, sur mes deux mains inclinant mon front sombre,
Je regarde briller, comme des yeux sans nombre,
Les étincelles de mon feu !


Louis Bouilhet

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.