Voilà bien le déjà quantième jour de l’an 
Que tu me vois ici : le premier c’était en ***. 
Ah ! mon amour est vieux déjà de plus d’un lustre ;
Et comme un qui s’accoude à même tel balustre 
Et paresseusement resonge aux biens, aux maux,
Aux insignifiants événements, faits, mots,
Pensers, de cette part quelconque de sa vie,
Ainsi, moi, je souffre à nouveau colère, envie. 
Trahison : je jouis après des jours, des jours 
Et des jours et des jours et des bonnes amours 
Et des espoirs remplis jadis, et de la vie 
Enfin ! et malgré trahison, colère, envie !

Mais de tous ces memoranda le meilleur c’est 
Toi, quand ta forme, aimée à l’infini, glissait 
D’un pas léger malgré la majesté du buste 
Vers moi tout rassuré dès lors par ta voix, juste
Au point par ma langueur loin de toi, douce voix,
Divine voix dont les gaîtés sont des pavois 
Où trônent mes désirs triomphais en cette heure. 

La voix s’envole, mais le souvenir demeure.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.